Deux mots clés pour retrouver notre site sur le net: Sess dz


Breaking News

Revue de Presse Nationale

Revue de Presse Internationale

Communiqués et declarations

Historique de la lutte de l'ENSA ex-INA

mardi 17 mars 2015

SIDI BEL-ABBÈS Les universitaires veulent leur propre représentation syndicale.

Une assemblée générale des enseignants de l’université Djillali-Liabès de Sidi Bel-Abbès est prévue, aujourd’hui mardi, au niveau du site 1 (ex-Gambetta), à l’effet de «débattre de la situation de l’enseignant et de l’université et de la construction d’une nouvelle structure syndicale SESS (Syndicat
des enseignants du supérieur solidaires), à qui les pouvoirs publics refusent l’enregistrement de son dossier, déposé depuis plus de trois années», indique-t-on dans un communiqué parvenu par mail à la rédaction de La voix de l’Oranie.
Dans le même document, ayant fait l’objet ces derniers jours d’une large diffusion à l’ensemble du corps enseignant de l’université de Sidi Bel-Abbès, les signataires ont tenu d’abord à rappeler en préambule que «depuis la grève de 2006, l'activité syndicale au sein de l'université algérienne n'a cessé de décliner pour arriver à une situation où la communauté universitaire est devenue proie à tous les dépassements (…) L'absence de représentation syndicale crédible a accentué toutes les dérives de l'administration; autant centrale que locale» avant de faire observer que c’est précisément «Cette déstructuration syndicale (qui aurait fini) par pousser la majorité des enseignants à abdiquer le terrain des luttes et accepter cet état de faits qui les a relégué au rôle, au mieux de simple spectateur ou de victime passive. L'enseignant et l'université subissent en ce moment toutes les conséquences de la mauvaise gestion des personnes choisies et désignées sur des bases claniques, familiales, tribales ou sur les critères de docilité et de soumission. Des «responsables» qui ont survécu et résisté à tous les
changements, des dizaines d'années durant.» A l’appui de leur argumentaire, les représentants locaux du SESS ne manqueront pas de dresser un bilan des plus critiques de la situation se résumant à quelque sept points essentiels, à savoir que «le système d’enseignement LMD est arrivé à ses limites, avec une absence de vision des décideurs, ce qui a poussé les étudiants à des mouvements et grèves à
répétitions, qui paralysent l’université», «aucune vision claire dans le domaine de la recherche, malgré les sommes colossales consenties par l’Etat», «l’absence de communication et les décisions unilatérales de la tutelle, et de l’administration en général; sans se référer à l’avis du principal concerné, l’enseignant; ont fait qu’on se retrouve dans une jungle pédagogique avec une pléthore de spécialités et de parcours décousus», «le Statut Particulier de l’enseignant, adopté en 2008 est
dépassé. Les quelques avancées sociales obtenues commencent à être englouties par les effets de l’inflation. La situation de l’enseignant universitaire et son statut doivent être revus. A ce jour, la charge statutaire de l’enseignant n’est pas encore définie!», «scandales successifs et continus entourent les différents concours avec impunité des fauteurs», «dépassements et refus d’appliquer les textes réglementaires. Gestion chaotique et recul énorme des rôles des instances élues», « insécurité dans les campus et non-respect des franchises universitaires...»
 
En conclusion de leur communiqué, même s’ils font l’impasse sur les résultats probants que leur établissement vient d’enregistrer ces deux dernières années après une longue période de «non-gestion
», les syndicalistes ne gardent pas moins bon espoir que si la situation de l’université algérienne est jugée plus ou moins grave, voire désespérée, «son renouveau passe par le renouveau des idées, par l'apport de sang nouveau et seul un changement radical dans la façon de voir et de gérer et la définition de ses objectifs et de son rôle, ainsi que son statut au sein de la société, pourraient lui redonner vie… Pour ce faire, la construction d’un syndicat fort, démocratique et revendicatif devient une nécessité absolue.»

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
SESS, Syndicat des Enseignants du Supérieur Solidaire | 2011-2015 | Revez notre newsletter