Deux mots clés pour retrouver notre site sur le net: Sess dz


Breaking News

Revue de Presse Nationale

Revue de Presse Internationale

Communiqués et declarations

Historique de la lutte de l'ENSA ex-INA

dimanche 19 février 2012

Pétition des universitaires algériens pour demander la prolongation du nombre d’inscription en thèse de Doctorat

Après une dérogation accordée l’année passée pour une inscription, les pouvoirs publics ont décidé de geler durant l’année académique 2001/2012, les inscriptions en thèse de Doctorat des enseignants-chercheurs en activité dans les établissements universitaires de notre pays, en application des articles 68 et 69 du décret exécutif N°98-253 du 17 août 1998.

Il faut commencer par rappeler qu’un grand nombre d’enseignants-chercheurs en activité dans l’université algérienne, n’a pas encore soutenu la thèse de Doctorat.

Le gel de l’inscription en thèse de doctorat pénalise lourdement les enseignants–chercheurs concernés et les privent du droit au stage de formation, du droit d’aller communiquer leurs résultats dans les congrès et rencontres scientifiques, retardant ainsi à l’infini la date de la finalisation et de soutenance de leur thèse de doctorat.

Le retard pris par ces enseignants-chercheurs pour la soutenance du diplôme du Doctorat s’explique avant tout, par la dégradation dramatique des conditions socioprofessionnelles des enseignants du supérieur durant les années 90 et 2000, par l’absence totale des conditions scientifiques et pédagogiques nécessaires à la réalisation d’un projet scientifique et pédagogique qui est la préparation et la soutenance d’un diplôme de Doctorat.

Ce retard trouve son explication, également, dans l’engagement permanent de nombreux concernés dans les nombreuses activités pédagogiques, comme la responsabilité de la coordination de l’enseignement dans les troncs communs, la mise place du système LMD, l’encadrement des PFE (Projet de Fin d’Etudes) des diplômes de DEUA, Licence, DES, d’ingénieurs, mémoires de licences L3 et de master. . Certains concernés ont même assuré aussi, durant des années, des tâches administratives.

Certes, certaines mesures prises par le MESRS durant ces dernières années (octroi de bourses d’études à l’étranger de 18 mois, allègement des charges pédagogiques, projets de recherche CNEPRU..) ont permis à un certain nombre d’enseignants-chercheurs de soutenir leur thèse de Doctorat dans les délais. Ces mesures doivent être renforcées pour permettre à la majorité de nos collègues dont l’inscription académique au doctorat a été gelée, de finaliser et soutenir leur thèse.

Aujourd’hui, plus que jamais, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique de l’Algérie du 21ème siècle ont besoin du potentiel humain, scientifique et pédagogique représenté par ces enseignants-chercheurs inscrits encore en thèse de Doctorat.

Nous, universitaires algériens, signataires de la présente pétition, demandons aux pouvoirs publics :
- la prolongation des délais d’inscription en thèse de Doctorat
- des mesures urgentes appropriées pour permettre à nos collègues de soutenir leur thèse de doctorat.

Alger, le 19 février 2012

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
SESS, Syndicat des Enseignants du Supérieur Solidaire | 2011-2015 | Revez notre newsletter