Deux mots clés pour retrouver notre site sur le net: Sess dz


Breaking News

Revue de Presse Nationale

Revue de Presse Internationale

Communiqués et declarations

Historique de la lutte de l'ENSA ex-INA

dimanche 16 novembre 2014

Déclaration du B.N. du SESS

Le Vendredi 14 et Samedi 15 novembre 2014 s’est tenue à Alger la réunion du Bureau national du SESS élargi aux délégués des sections.

La situation délétère que vit l’université Algérienne n’est un secret pour personne (aucun respect des normes pédagogiques, hégémonie de l’administratif sur le pédagogique et le scientifique, remise en cause des prérogatives des jurys de délibération, cursus pédagogique même pas entamé dans certains établissements universitaires et ce à la mi-novembre, nivellement par le bas sous l’effet d’une gestion ou la paix sociale reste le seul credo etc…). La pédagogie reste la première victime de l’application du système LMD qui n’arrête pas de subir des chamboulements dont le but est théoriquement d’améliorer son application mais qui sont en réalité des tentatives de l’adapter à la déliquescence de l’université Algérienne et d’auto-entretenir la dérive.

Le Ministère de l’enseignement supérieur et les autorités proposent la privatisation des services de sécurité interne, ceux des services de nettoyage pour installer la précarité au sein des établissements universitaires, précarité qui ne peut que s’élargir aux autres composantes de la communauté universitaire.

La décision de pousser à la création d’universités privées va dans le même sens et indique le choix d’une plus ample marchandisation au sein du secteur de l’éducation qui implique plus de précarité pour le personnel donc une pression plus importante sur afin que le transfert de valeur du public vers le privé puisse se faire dans le « calme total ».

Le SESS maintient la revendication d’une université publique qui doit être doté des moyens permettant d’élever le niveau et dans laquelle les relations de travail entre le personnel et l’employeur (la puissance publique) doit se faire sur la base du respect de la dignité et des différends droits.

Le bureau national du SESS constate que le ministère du travail et avec lui toutes les autorités se complaisent dans l’illégalité puisqu’ils refusent au SESS l’enregistrement depuis plus de deux années, après le dépôt du dossier. Le bureau national décide de faire des campagnes de dénonciation de cet abus au sein des établissements en ouvrant le débat avec la communauté universitaire (étudiants et travailleurs) tout en continuant à élargir l’adhésion au syndicat. Une directive précisant les modalités de cette campagne sera envoyée aux sections.
Le Bureau national du SESS après débat décide de rejoindre la CGATA (confédération générale autonome des travailleurs en Algérie) afin de participer à la formation d’une dynamique syndicale seule à même d’obliger les autorités à respecter les lois et les conventions internationales.

C’est dans le même ordre d’idées que le Bureau national du SESS dénonce le projet du nouveau code de travail qui vient pour approfondir les inégalités en s’attaquant aux acquis des travailleurs et en instaurant le règne de la précarité dans tous les domaines.

Le Bureau national du SESS lance un appel pressant à tous les enseignants afin de se réapproprier l’université nationale, bien de la société Algérienne. Nous ne pouvons pas rester les complices par notre silence de la destruction de l’université nationale il est grand temps de recristalliser l’espoir au sein de nos universités.

Le Coordonnateur National

Kaddour CHOUICHA

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
SESS, Syndicat des Enseignants du Supérieur Solidaire | 2011-2015 | Revez notre newsletter